• Clinispa Kaméva

Tout savoir sur le zona

Dernière mise à jour : il y a 2 jours


Nous avons souvent entendu parler du zona par un proche qui aurait contracté ce virus sans trop savoir ce que cela impliquait, mis à part nous avoir dit qu’on ne souhaite cela à personne.


Maria, une femme âgée de 55 ans avec des habitudes de vie exemplaires, m’a raconté son histoire. Elle adore ses longues promenades en forêt pour se connecter à la nature. Le lendemain d’une de ses excursions, elle présente une zone d’éruptions cutanées pouvant se décrire comme des rougeurs et de petites cloques remplies de liquide. Une sensation de brûlure si vive qu’elle ne pouvait rien tolérer sur sa peau. Elle affirme que c’était comme si on lui avait mit un briquet sous sa peau et que la douleur était en continue. Puisqu’elle était allée se promener dans les bois, elle a cru que c’était une réaction à une herbe sauvage. Il lui a fallu une dizaine de jours avant de consulter un médecin, pour finalement apprendre qu’il s’agissait du zona.




D’où provient ce virus?


Le zona est la réactivation du virus varicelle-zona, responsable de la varicelle. Ce virus se réactive, en général, dans un moment où le système immunitaire est affaibli. Dès l'âge de 50 ans, nous voyons un affaiblissement du système immunitaire, exempt des habitudes de vie. 90% des gens âgés de 50 ans et plus ont déjà eu la varicelle et 1 personne sur 3 de ce pourcentage contracte le zona.



Temps de récupération après avoir contracté le zona


Deux mois se sont écoulés avant que Maria puisse ressentir un début d’amélioration. Les séquelles qu’elle a conservées sont des cicatrices et des taches de couleurs plus foncées sur certaines régions de sa peau. Pour certaines personnes, les douleurs demeurent permanentes. Il existe également plusieurs complications possibles avec ce virus tels que des surinfections bactériennes, une paralysie, une pneumonie, une encéphalite, une atteinte de la vue, une perte auditive et un accident vasculaire cérébral.



Comment le prévenir et le traiter?


Afin de prévenir le zona, il est fortement recommandé aux personnes de 50 ans et plus de recevoir le vaccin Shingrix. Celui-ci contient de petites quantités d’antigènes de surface (protéines de surface) du virus qui stimulent le corps de telle sorte qu’ils produisent des anticorps contre le virus. L’«adjuvant» se retrouvant à l’intérieur constitue, quant à lui, une aide pour renforcer les réponses immunitaires au vaccin. De ce fait, lorsque le virus est réactivé, les personnes ayant reçu le vaccin Shingrix sont en mesure de produire plus rapidement des anticorps contre le virus et disposent alors d'une protection contre la maladie. Afin de s’assurer de votre protection maximale, il y a 2 doses à recevoir à l’intérieur d’un intervalle de 2 à 12 mois.


Dans un contexte où la personne à déjà contracté le zona, il est tout de même pertinent de recevoir le vaccin contre le zona, et ce, 1 an suivant le début des symptômes, puisqu’il y a des possibilités que le virus varicelle-zona se réactive. Dans le cas où une personne n'est pas vaccinée contre le zona, alors il est important de prendre rendez-vous avec un médecin le plus rapidement possible, et ce, idéalement dans les trois premiers jours de l'apparition dès lésions afin que le traitement soit optimal. Celui-ci pourra prescrire un traitement de soutien, soit un antiviral qui aidera à combattre le virus et des analgésiques afin de soulager la douleur que les éruptions cutanées engendrent. Agir rapidement permet d'éviter un temps de rémission très long, comme dans le cas de Maria.


Il existe aussi des moyens non médicamenteux qui peuvent aider à soulager les symptômes et éviter des complications, comme s'assurer de bien se reposer, appliquer des compresses foides sur les lésions lors de douleurs et les laver doucement en les gardant par la suite bien au sec, ne pas gratter ni percer les vésicules et porter des vêtements amples et confortables pour éviter les frottements sur la peau.



Qu’en est-il des effets secondaires du vaccin?


Suite à la vaccination, il peut y avoir des effets secondaires possibles, tels que des réactions au site d’injection: douleur, rougeur ou enflure. Certaines réactions sont plutôt d’ordre systémique, comme des maux de tête, de la fatigue, des frissons ou de la fièvre. En général, ces effets secondaires ne persistent pas plus de 3 jours et l’intensité est qualifiée de faible à modérée.



N’attendez plus!


Il vous est possible de prévoir votre rendez-vous dès maintenant chez Clinispa Kaméva afin que vous soyez immunisés contre le virus du zona. Vous n’avez pas besoin d’une prescription médicale étant donné que nous sommes régies par le Protocole d’immunisation du Québec. Nous vous conseillons également de vérifier auprès de votre assureur s'il couvre en partie ou en totalité les frais de ce vaccin.





Rédigé par Mélyssa Brisson-Guénette, infirmière


51 vues

Posts récents

Voir tout